Confiseries

Mistral Gagnant – Renaud

untitled

Le titre vient du nom d’une ancienne confiserie, le Mistral gagnant, disparue bien avant l’enregistrement de la chanson.C’est une chanson dans laquelle le chanteur parle de ses souvenirs et des bonbons de son enfance. Elle est largement imprégnée de la mélancolie du chanteur exprimée au travers de ses souvenirs de bonbons, aujourd’hui disparus comme le temps qu’on ne peut pas récupérer. Elle est destinée à sa fille Lolita.

A m’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder les gens tant qu’y en a
Te parler du bon temps qu’est mort ou qui r’viendra
En serrant dans ma main tes p’tits doigts
Pis donner à bouffer à des pigeons idiots
Leur filer des coups d’ pieds pour de faux
Et entendre ton rire qui lézarde les murs
Qui sait surtout guérir mes blessures
Te raconter un peu comment j’étais mino
Les bonbecs fabuleux qu’on piquait chez l’ marchand
Car-en-sac et Minto, caramel à un franc
Et les mistrals gagnants

A r’marcher sous la pluie cinq minutes avec toi
Et regarder la vie tant qu’y en a
Te raconter la Terre en te bouffant des yeux
Te parler de ta mère un p’tit peu
Et sauter dans les flaques pour la faire râler
Bousiller nos godasses et s’ marrer
Et entendre ton rire comme on entend la mer
S’arrêter, r’partir en arrière
Te raconter surtout les carambars d’antan et les cocos boers
Et les vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres
Et nous niquaient les dents
Et les mistrals gagnants

A m’asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder le soleil qui s’en va
Te parler du bon temps qu’est mort et je m’en fou
Te dire que les méchants c’est pas nous
Que si moi je suis barge, ce n’est que de tes yeux
Car ils ont l’avantage d’être deux
Et entendre ton rire s’envoler aussi haut
Que s’envolent les cris des oiseaux
Te raconter enfin qu’il faut aimer la vie
Et l’aimer même si le temps est assassin
Et emporte avec lui les rires des enfants
Et les mistrals gagnants
Et les mistrals gagnants

4ed60c8f69aed10f92a9846ac0827870.454x500x1[1]

carambar coco boer images6R50F7P5

Friandises

Les bocaux de verre s’alignaient sur trois étagères dans l’entrée. Il était difficile d’arrêter son choix parmi l’extraordinaire variété de berlingots, bonbons au miel, menthols, caramels, gommes pectorales vertes, cailloux au chocolat, pistaches, violettes, pâtes à guimauve, réglisses, pastilles Vichy et autres.

Jean Rouaud. Les champs d’honneur. Les éditions de minuit. p.128

Berlingots

Berlingots

Bonbons au miel

Bonbons au miel

Menthols

Menthols

Caramels

Caramels

Gommes pectorales

Gommes pectorales

Cailloux au chocolat

Cailloux au chocolat

Pistaches

Pistaches

Vioñettes

Violettes

Pâte à guimauve

Pâte à guimauve

Réglisse

Réglisse

Pastilles Vichy

Pastilles Vichy

Marrons glacés

Châtaigne ou Marron

La frontière entre les deux appellations est un sujet de débat incessant pour les ardéchois, et source de confusion pour beaucoup. Les châtaignes et marrons comestibles sont toujours issus du châtaignier qu’il ne faut pas confondre avec le marronnier, arbre d’ornement qui produit les marrons d’Inde, non comestibles.

Les experts font la distinction en fonction de la fréquence des fruits cloisonnés : lorsque l’amande se sépare en plusieurs parties après épluchage de la première peau. Les variétés cloisonnées à plus de 12% sont des châtaignes et les autres méritent l’appellation marron.

Cette subtilité échappe aux dictionnaires et à la législation qui autorise indifféremment les deux termes.

Au XIXème siècle, la châtaigne nourrissait les populations rurales défavorisées, et ne jouissait pas d’une bonne image. Le fruit a ensuite acquis ses lettres de noblesse avec le marron glacé, qui nécessitait impérativement l’utilisation de fruits non cloisonnés. Le terme marron s’imposera alors pour les produits transformés ou des gros fruits sélectionnés et calibrés.

Ainsi de nombreux auteurs utilisent le terme châtaigne pour décrire l’arbre et son exploitation, et préfèrent le terme marron pour en décrire toutes les utilisations.

Avec la réhabilitation de ce fruit traditionnel, la châtaigne, en référence à l’arbre et à son terroir, a été remise au goût du jour, et s’est finalement répandue dans les dénominations commerciales.

Les castanéiculteurs ont ainsi choisi de protéger l’expression « châtaigne d’Ardèche » à travers l’Appellation d’Origine Contrôlée.